Skip to content

Qi Gong

Améliorer la circulation énergétique

Le terme Qi Gong désigne des exercices qui impliquent un travail sur l’énergie vitale : Qi signifie « énergie » et Gong « travail ». Selon la médecine traditionnelle chinoise, la mise en mouvement du Qi stimule les organes et les fonctions essentielles de l’être humain, permettant à celui-ci de se maintenir en meilleure santé. L’Association chinoise de Qi Gong pour la santé promeut la pratique de ces exercices pour leurs effets préventifs et thérapeutiques. Parmi les multiples formes qui existent, les enchaînements suivants figurent parmi les plus populaires.

Huit pièces de brocart

Le brocart est une étoffe de soie rehaussée de dessins brochés d’or et d’argent. Utilisé à l’époque pour confectionner les vêtements des dignitaires de l’empire chinois, il évoque la richesse et la santé. Cela expliquerait le choix de ce terme par le général Yue Fei (XIIsiècle après J.-C.) pour désigner les exercices qu’il enseignait à son armée dans le but de renforcer la résistance physique et la santé de ses soldats.
Le Ba Duan Jin ou « Huit pièces de brocart » est composé de huit exercices qui permettent de relaxer l’ensemble du corps, d’étirer les tendons, d’améliorer le fonctionnement des poumons et du système digestif, de tonifier le cœur et de stimuler la circulation du Qi et du sang.

12 mouvements de Dao Yin

Le Dao Yin Yang Sheng Gong Shi Er Fa ou « 12 mouvements de Dao Yin » a été reconstitué à partir des anciens manuscrits sur soie (datés de 246 à 177 av. J.-C.) qui ont été découverts en 1973 sur le site archéologique de Mawangdui, dans la province de Hunan en Chine.
Basée sur les mouvements traditionnels du Dao Yin (conduire l’énergie par le mouvement) et le Yang Sheng (entretenir le principe vital), cette routine, dont le rythme est très lent, permet de stimuler la circulation du Qi à travers les méridiens grâce à une succession de mouvements ascendants et descendants, d’ouverture et de fermeture, d’étirement et de relâchement. C’est un enchaînement complet qui convient aux pratiquants de tous âges et qui peut aussi se pratiquer en position assise.

Forme avec bâton

Recréé d’après les dessins anciens découverts lors des fouilles archéologiques des anciennes tombes de la dynastie des Han (qui régna sur la Chine de 206 av. J.-C. à 220 apr. J.-C.), cet enchaînement comporte huit mouvements qui évoquent le batelier voguant sur sa barque : le bâton agit comme pivot pour guider les différents mouvements. De plus, tenir un bâton entre les mains permet aux pratiquants de concentrer leur attention.
La pratique régulière de cette routine permet de corriger la posture, d’assouplir les tendons et les articulations, d’améliorer la circulation du sang et de fortifier le corps.